sommeil des pommes

curiosités des pommes, chiffonnier de textes

proposition 6 – juste avant, tout juste

Il avait plu gros serré en tornade, il pleuvait fin, humide crachin parfumé d’iode sur la nuit qui tombait, – ou qui montait du bitume, rejoignant la lisière noire des nuages groupés serrés continus. Il avait beau dire, le Calvo, il n’arrivait rien de plus que d’habitude. Le chuintement des roues qui démarraient, l’aigu des essuies glaces ripant sur les pares brises des véhicules immobilisés aux feux. La luisance grasse du goudron mouillé s’étalait. Au sol : le double clignotement vert de la pharmacie, enseigne en croix et lettres incompréhensibles aicamraf, la lueur paille libérée par la porte ouverte de l’autre bar à tapas, un gras de friture sur l’adhérence moite de l’air. Tout comme pareil aux soirs précédent. Les pavés, serrés rafistolés de bitume, la bordure du trottoir au même niveau que la flotte glutineuse, le caniveau bouché ce soir par un amas de feuilles vertes et longues,  des flopées de mégots, deux canettes, l’une rouge et blanche, l’autre plus longue d’un brun chaud et cette bande de papier mou manuela cav/ dont les lettres avaient été mangées, absorbées. Le gonflement d’eau sale empêchée dégorgeait et délayait la lueur des phares reflétée au ras des roues. Très haut, les fenêtres de la tour : un Rubik’s cube en cours, au jaune mal aligné avec une case rouge isolée. Le sourire torve du graff édenté continuait de me fixer sur le mur d’en face, souligné d’un você também* narquois sous ses lèvres molles, les rares passants pressaient le pas – sans doute poussés par l’odeur matte et froide du carrelage bleu et jaune, griffé du soutenu ammoniaqué de vieilles pisses de l’antique chiotte publique. Annoncé par son sourd ronflement de diesel, le bus de 18h17 flottait à l’angle du boulevard Jorge, poussant l’ombre de son ventre anguleux épinglé de l’orangé de ses feux sur l’asphalte où il dessina, fugitivement, un étang de noirceur, ébène sur noir mouillé.
* toi aussi

pluie

extrait de la vidéo de F. Bon « La pluie, la pluie, la pluie » – et un peu joué avec – https://www.youtube.com/watch?v=KTRRLSffXtU


L’ensemble des contributions de la proposition 6 sur tiers livre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 août 2015 par dans atelier tiers livre.
Follow sommeil des pommes on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 6 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :